MUSIMECA

Accueil

Orgue numérique

Orgue portatif

Harmonium

Clavicorde

Boîtes à musique

Orgues de Barbarie

Ondes musicales

Theremin

Cithares


Liens


Orgue de Barbarie

Pour se lancer dans l'arrangement et la notation, l'orgue de barbarie est l'instrument idéal. De plus il est parfaitement possible de le construire soi même. Pour cela il existe des stages. J'ai suivi un tel stage en juillet 2003 organisé par les Joyeux Tourneurs de Manivelle.  

Mais construire son orgue c'est long ! Je le sais puisque je m'étais déjà lancé dans la construction d'un orgue portatif médiéval . En délai j"avais tout de même mis de longues années! Je décidai donc de commander un orgue 27 notes pneumatique "brut" à Michel, facteur d'orgue qui animait ce stage :

    

     

 En fait il y avait encore un peu de travail à faire : Buffet, peinture, décorations, etc :

               

                         

Décorations terminées :

        

                 

J'ai ajouté ensuite des supports rabattables pour les cartons (ils ne sont pas encore sur la photo).

Voici deux extraits sonores :

Looney Tunes Cartoons (377 Ko)  noté par Paul Boyadjoglou

L'âme des poètes (765 Ko) noté par Pierre Charial


Il faut aussi régulièrement reprendre l'accord complet et le réglage de répétition ! Pour ce faire il me fallait réaliser un carton "spécial répétitions". Et donc construire une perforatrice pour les cartons  :


Dans le stage des JTM's on apprend qu'une bonne vieille machine à coudre peut-être transformée en une superbe machine à perforer les cartons d'orgue !

Je l'ai fait . . .

Pour cela il faut récupérer dans une brocante ou dans le grenier de votre grand-mère une machine à coudre à pédale du siècle dernier.

Vous obtenez ainsi trois accessoires utiles à l’orgue de barbarie : une perforatrice, un volant en fonte pour remplacer efficacement la manivelle, et une table pour le poser !

 Pour transformer la machine en perfo ce n’est pas très compliqué. Voilà comment j’ai procédé :

-          Il est préférable de retirer tous les accessoires et mécanismes inutiles en ne conservant donc que le mécanisme volant - aiguille et pied-de-biche.

-          Le poinçon est réalisé au moyen d’une queue de foret  de 3,5 sacrifié après avoir percé la plaque d’acier servant de matrice. Il est affûté à la meule.

-          Il est fixé à la tige coulissante du support d’aiguille au moyen d’un manchon avec un trou de 3.5 d’un coté et de 7 mm de l’autre avec deux vis de serrage. Pour ne pas être gêné par la forme de la tige d’aiguille je l’ai retournée support d’aiguille vers le haut

-          La plaque d’acier percée est fixée sur un bloc de bois vissé par une seule vis sur la table de la machine. (afin de pouvoir facilement régler l’alignement matrice - poinçon).

-          J’ai remonté l’ensemble sur un socle de bois.

-          Sur le socle on fixe deux tasseaux en long servant de rails au chariot transversal

-          Le chariot transversal constitué de deux tasseaux espacés de 131 mm guide le carton

    
               

-          Un anneau en corde à piano est fixé à la place du pied-de-biche. Cela permet d’empêcher le carton de se soulever après perçage. Le système permet de relever cet anneau pour dégager le carton.


-          Pour guider le chariot afin de percer exactement sur la bonne ligne de note, un guide constitué d’une barre de bois percée comme la flûte de pan est fixée sur le coté d’un rail. Un clou amovible traversant le chariot et pénétrant dans un de ces trous permet de le positionner sous le poinçon.


J’ai enfin réalisé mon premier carton.


 J’ai utilisé la démarche suivante :

 -          notation du carton et arrangement au moyen du logiciel Harmony Assistant. J’ai utilisé la même méthode que celle décrite ici pour les cartes du petit componium. Mais c’est un peu plus facile : moins de notes manquantes, plus facile de transposer avec le logiciel, possibilité d’écouter avant de perforer !

-          impression du carton sur papier ordinaire

-          découpage de la longueur nécessaire pour le carton (en gros nombre de pages x 0.30 m plus 0.60 pour le début et la fin de carton).

-          pliage au cutter suivant l’excellente méthode de Pierre.

-          Mise sous presse pendant environ une semaine entre deux planches sous une brique sur le bord de la fenêtre (l’humidité permet de remettre le carton à plat)

-          Agrafage des pages imprimées sur le carton (je procède par série de 4 pages : c’est plus facile à manipuler)

-          Perçage avec la perfo ligne après ligne

-          Nettoyage du carton (enlever les agrafes et vérifier qu’il n’y a pas de bavures).

 Il faut remarquer que ce n’est pas le papier qui doit être précis mais le positionnement du chariot !

 Reste le moment magique où l’on entend pour la première fois son carton !

 C’est bien mérité car sans entraînement particulier ma vitesse est environ d’un mètre à l’heure . . .

Voici donc mon premier carton : Pièce pour horloge à flûtes de J.Haydn (664 Ko)

Retour à l'accueil